jeudi 16 juillet 2015

Affaire n°069: "Sombre avenir" d'Alexandre Verkelak. Cinquième interrogatoire.



Pour ce cinquième rendez-vous littéraire, je vous présente l’interrogatoire d’un grand meurtrier. Donc avec quelques mois de retard je vous présente cet interrogatoire de l'auteur Alexandre Verkelak.
C'est un auteur que j'avais beaucoup apprécié pour son roman "Sombre avenir" et qui est venu vers moi pour me proposer un partenariat de son prochain recueil de nouvelles.
C'est un auteur très sympathique et je suis contente qu'il ait accepté cet interview.
Alexandre Verkelak a donc pris le temps de répondre à chacune de mes questions.
Vous pouvez d'ailleurs retrouver ma chronique (et la prochaine) ici.


Bonjour, cher meurtrier, merci d’avoir accepté d’être interviewé.
Pour les enquêteurs qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter un peu, nous raconter votre parcours ?

Je suis policier depuis une vingtaine d'années, et aujourd'hui père de famille. J'ai commencé à écrire il y a près de quinze ans, juste comme ça, pour le plaisir. Mes élucubrations manuscrites  ont donné naissance aux balbutiements de ce qui est devenu, aujourd'hui, "Sombre Avenir", puis "Virées Nocturnes", mon recueil de nouvelles. J'ai aussi d'autres ficelles à mon arc, j'ai plusieurs travaux en cours, et j'écris aussi des scénarios pour jeux de rôles, principalement celui que j'ai créé. Tout ceci se fait sur mon temps de loisirs, c'est pourquoi je mets longtemps à finaliser un travail.

Avez-vous un rituel pour écrire, des petites manies, un endroit où l’inspiration vous vient plus facilement ?
En fait, non, pas de rituel ni de manie, je mets par écrit les idées comme elles me viennent, et c'est souvent très disparate, ce qui fait que je n'ai pas vraiment d'organisation dans mes écrits.

Dans votre roman « Sombre avenir » vous mêlez une enquête policière à un univers assez surprenant, les vampires. Pourquoi les vampires et comment avez-vous eu cette idée ?
Question intéressante qui risque de me lancer dans une longue thèse ennuyeuse remontant à une vingtaine d'années. Je suis rôliste depuis longtemps. Il y a environ vingt-trois ou vingt-quatre ans, j'ai découvert le Monde des Ténèbres, un univers de jeux de rôles (principalement "Vampire, la Mascarade") où les personnages sont des vampires vivant à notre époque. Mon premier et unique personnage s'appelle Alexandre Verkelak (présent dans "Sombre Avenir"), et j'ai repris le nom de ce personnage comme nom de plume. Pourquoi un policier vampire ? Parce que je suis policier (l'inspiration du métier) et que je suis fasciné par les vampires.

Comment avez-vous créé le personnage d’Armand ? Auriez-vous aimé prendre sa place dans le roman et vivre vous aussi les mêmes aventures.
J'ai créé Armand un peu par hasard. C'est le personnage principal d'une nouvelle policière que j'ai écrite pour un concours littéraire (sans résultat), "Mea culpa", première nouvelle de mon recueil "Virées nocturnes". C'est plus tard que j'ai eu l'idée d'en faire un vampire. Prendre sa place dans le roman n'est pas vraiment enviable, humainement parlant. Vivre de telles aventures doit être traumatisant et éprouvant pour la santé mentale.

On vous retrouve aussi dans un des personnages secondaires de l’histoire, comment avez-vous eu l’idée de vous intégrer à votre histoire ?
En fait, je ne m'intègre pas du tout à l'histoire : comme je l'ai précisé auparavant, j'ai pris pour nom de plume le nom de mon premier personnage du Monde des Ténèbres que j'ai intégré à l'histoire. C'est là toute la nuance. Et cela m'amuse beaucoup de faire comme si c'était mon personnage qui était l'auteur de mes écrits (j'adore cette confusion).

Avez-vous un projet de futur livre ? Si oui pouvez-vous en parler un petit peu ?
J'ai d'autres projets, dont certains en cours (comme dit plus haut). Outre mon recueil de nouvelles vampiriques, j'ai un polar en cours et un roman d'aventure médiéval fantastique. Les deux sont en cours, mais je ne sais pas quand ils verront le jour.

Comment avez-vous crée le couple Armand/Gabriel ? Est-ce que ce sont des personnages qui sont totalement inventés, ou est-ce que vous vous êtes inspiré de personnes de votre entourage ?
Non, ils sont totalement inventés.

Votre roman s’achève avec plein de suspense. Est-ce qu’il y aura une suite ou les lecteurs doivent-ils s’imaginer ce qu’il va se passer ensuite pour les personnages ?
Il n'y a pas de suite prévue, à vrai dire, j'ai mis mes vampires en torpeur pour le moment, afin de me donner le temps de finir mon prochain polar...

Pour finir, selon vous quel serait le meurtre parfait ?
Le meurtre d'une personne dont la disparition ne profite à personne et dont les circonstances laissent penser à un accident, ou mieux, un suicide… on dit toujours : "à qui profite le crime ?", mais s'il ne profite à personne, le mobile est plus dur à trouver...

Merci de m’avoir accordé un peu de votre temps cher meurtrier, un dernier mot pour la fin ?
Continuez vos enquêtes et interrogatoires, c'est un procédé original et amusant !
À bientôt !
AV

1 commentaire:

  1. Superbe interview ! J'aime beaucoup lire les réponses des auteurs pour ta question sur le meurtre parfait ;) chacun à son avis là-dessus j'adore !

    RépondreSupprimer

A vos claviers chers enquêteurs !

(je réponds à tous les commentaires sur votre blog)