Affaire n°387: "Sous le lierre..." de Françoise Chapelon.

Mes conclusions sur le meurtre:
Pour avoir lu le premier roman de l’auteure on découvre une évolution dans son écriture et des idées plus structurées selon moi.
L’enquête est intéressante dans son ensemble.

L’auteure alterne retournements de situation et moments de routine. Cela nous permet d’en apprendre plus sur la vie privée des personnages. A certains moments j’ai tout de même parfois pensé que l’auteure oubliait l’enquête mais ce n’était pas le cas. Françoise Chapelon prévoit tout et tire les ficelles de ses personnages. Le lecteur peut essayer de deviner l’identité du coupable. Personnellement je n’avais pas du tout trouvé, c’est donc selon moi, un bon policier !

Il y a différents points de vue mais la majeure partie du roman est sur celui de l’adjudante Lorset. C’est un personnage qui j’ai eu plaisir à retrouver et à connaître davantage.
Certains personnages secondaires sont aussi présents dans les deux romans. Ils deviennent petit à petit familiers et sympathiques. Je trouve que c’est une bonne idée de reprendre les mêmes personnages pour que l’on ait un vraiment suivi de leur vie privée et de leur personnalité.

Les descriptions sont assez sommaires. J’aurais apprécié avoir plus de détails concernant l’enquête mais aussi et surtout les protagonistes et leurs ressentis. Au final cette partie reste assez floue dans l’ensemble et c’est dommage. J’ai parfois eu l’impression que l’auteure avait peur de trop en dire ou n’osait pas approfondir certaines situations et c’est frustrant mais aussi un peu décevant.
Je ne connais pas les villes que l’auteur évoque et malheureusement je ne suis pas arrivée à me les imaginer. Pourtant en général j’aime beaucoup découvrir des coins de France ou d’ailleurs que je ne connais pas. J’aime voyager tout en restant tranquillement assise dans mon canapé. Pour ce roman malheureusement le voyage n’a pas eu lieu… Je pense vraiment qu’en général Françoise Chapelon pourrait faire mieux !

Les idées sont intéressantes, originales et personnellement lorsque l’on y réfléchit l’histoire fait tout de même froid dans le dos. Au final on ne connaît jamais vraiment quelqu’un complètement et une personne que l’on apprécie peut se révéler être un tueur sans scrupule.
Cette histoire pourrait être réelle et le tueur pourrait être notre ami, notre mari, frère ou voisin… Cela fait vraiment réfléchir sur la nature des gens.

La fin mêle moment plus tranquille et suspense. Personnellement cela convient bien à l’esprit de l’histoire. De plus, la dernière scène donne très envie d’en savoir plus et de lire le prochain roman de l’auteure, en espérant que ce soit une réelle suite !

En résumé, un roman intéressant que je vous conseille pour découvrir la plume de l’auteur. Peut-être lire les livres dans l’ordre permet de voir l’évolution et d’avoir la vision globale de la vie de l’adjudante Lorset. Les deux livres peuvent se lire indépendamment !

Vous faire un peu parler: Déjà si vous avez envie je vous propose un petit quiz que j'ai fait (ici) pour voir si vous avez bien lu le livre !
Il y a quelque temps je vous ai chroniqué le premier roman de l’auteure. Avez-vous eu envie de découvrir ses romans ou pas ?
Aimez-vous lorsque l’auteure garde les mêmes personnages ou préférez-vous lorsqu’ils changent ? Et pourquoi ?
Pour les enquêtes policières, préférez-vous qu’elles se déroulent dans un pays étranger ou en France, ou cela vous est égal ?
Si vous avez lu ce roman qu’en avez-vous pensé ? Quel passage vous a le plus plu ?
Avez-vous aimé la dernière scène et qu’est ce que vous imaginez pour la suite ?
La parole est à vous, chers enquêteurs !

3 commentaires:

  1. J'aime bien les enquêtes policiére en France. PArceque je connais plus les méthodes de chez nous^^

    RépondreSupprimer
  2. L'histoire semble vraiment intéressante et ce que tu as dit me donne envie de découvrir l'univers de l'auteur.
    Il faut souvent se méfier des apparences car comme tu le dis, nos amis comme nos voisins sont peut-être des meurtriers... mais je pense que c'est assez rare ;)

    Pour répondre à un de tes commentaires où tu étais déçue que le livre ne possède qu'une version numérique : tu ne liras jamais en numérique ? Du tout ?

    RépondreSupprimer
  3. Chaque être humain a ses secrets inavouables, et ne permet qu'un dévoilement partiel de sa personnalité, soit son image.
    C'est souvent qu'une question de "chance" (enfin, d'une meilleure capacité à dissimuler surtout, et c'est justement parfois acquis en ayant l'expérience de "dissimulation" soit d'avoir l'habitude de cacher son autre visage aux autres ; une capacité que n'ont pas ou que se refusent d'avoir les personnes les plus authentiques) qu'on ne sache pas sur untel les pires défauts (crimes ?) qu'il peut avoir (qu'il peut commettre ?) par rapport à un autre... et pourtant on peut adorer certaines personnes, comparer la bonté d'une personne par rapport à la mauvaiseté d'une autre, en ne se doutant d'absolument rien ou en se trompant littéralement : en étant victime de cette illusion que renvoie l'image.
    C'est pareil quand on déteste quelqu'un pour des erreurs qu'il a commises envers nous, alors que quelqu'un d'autre aurait pu très bien les commettre aussi, voire pensait et avait l'intention de les commettre, simplement des circonstances ont fait qu'une des deux personnes a su se contrôler un peu plus que l'autre pour éviter ces erreurs ; tandis que celui qui les a commises était peut-être en définitive le plus authentique des deux, raison pour laquelle il aurait manqué de retenu ou n'a pas eu la bonne sagesse au bon moment pour éviter de les commettre (ce qui ne veut pas dire qu'il est une moins bonne personne que l'autre pour autant, même bien au contraire, car en définitive beaucoup de situations qui basculent dans un sens ou dans un autre sont la conséquence de petits détails qui conduisent à un effet papillon). Vous me suivez ?
    Surtout qu'on fait d'autant plus tout un plat des défauts d'un individu lorsqu'ils ont un impact direct, même involontaire sur nous, alors qu'on se donne le droit de préférer des personnes encore plus dangereuses et exécrables, voire irresponsables dans la vie de tous les jours à côté sous prétexte qu'ils nous ont encore rien fait de mal (peut-être pour le moment ?).
    Peut-être que derrière certains défauts se cachent des qualités ou une démonstration de quelque chose de positif/noble en soi, en terme de sentiments par exemple ? (mais l'humain ne creuse pas) ... c'est aussi un sujet dérivant intéressant au débat.
    J'ajouterai que tout le monde a son jardin secret : on a tous des comportements insoupçonnés même par soi même ; mais à part ça on a tous aussi un certain profil type de personnalité humaine, pas toujours très louable (c'est un euphémisme) et ce à plus ou moins grande envergure (tout le monde subit un peu cette essence malgré lui/elle) ; un profil type qui se modifie ou s'accentue selon l'éducation, le milieu de provenance, les évènements de la vie, la sensibilité etc etc etc
    Je conclurais en disant que seuls nous mêmes pouvons savoir ce qu'on est et vaut vraiment car on vit avec soi même tout le temps (c'est comique dit comme ça mais c'est vrai), et surtout seuls nous mêmes pouvons témoigner de notre "vie intérieure" qui représente et définit quand même énormément de choses dans une personnalité, soit toutes nos pensées et leur fond dont celles qui ne seront jamais exprimées en public pour raisons diverses et variées et pourtant qui existent et sont souvent les plus significatives.

    Avec mes amitiés.

    RépondreSupprimer

A vos claviers chers enquêteurs !

(je réponds à tous les commentaires sur votre blog)