vendredi 25 mars 2016

Affaire n°156: "Le loup de Fardy's land - tome 1, Les liens du sang" de Bobby Raiche. Neuvième interrogatoire.


J'espère que les interrogatoires que je vous propose vous plaisent. Pour ce neuvième rendez-vous littéraire, je vous présente l’interrogatoire d’un meurtrier que je vous ai fait découvrir il n'y a pas si longtemps. Je vous présente donc cet interrogatoire de l'auteur Bobby Raiche.
C'est un auteur que j'ai découvert avec son roman "Le loup de Fardy's land - tome 1, les liens du sang".
Bobby Raich est un auteur très sympathique et il a vraiment pris le temps de répondre à chacune de mes questions. Je l'en remercie encore d'ailleurs.
Vous pouvez d'ailleurs retrouver ma chronique ici.

Bonjour cher meurtrier. Merci d’avoir accepté cette interview.

Pour les enquêteurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous me parler de vous et de vos précédents romans ?Mon nom est Bobby Raiche, je suis âgé de 25 ans, mon signe astrologique est Balance et j’aime les chats ! C’est ce que les gens ont tendance à retenir à mon sujet. Je suis originaire de la Péninsule acadienne (une péninsule est une partie de terres émergées rattachée à une masse continentale par une zone relativement moins large qu’elle), on s’y sent presque comme sur une île puisqu’on est entouré d’eau ! Si vous aimez la forêt, la campagne, les champs et les fermes, vous y serez très heureux. Pour en revenir à moi ; j’ai des origines Allemandes, Indiennes, Acadiennes et Françaises. Mon nom de famille "Raiche" est, d’ailleurs, un dérivé (c’est-à-dire que le nom a été déformé et/ou modifié à travers les années) de "Reichs", et oui, mon arbre généalogique et celui de l’auteure Kathy Reichs se croise à plusieurs endroits ! Je suis quelqu’un d’assez timide et réservé, mais je ne passe jamais par quatre chemins pour exprimer mes opinions. Je n’écris pas pour la célébrité – et ce n’est pas ce que je recherche, non plus ! – mais parce que c’est vital à mon bien-être. Par contre, si, dans le processus, je peux apporter quelque chose à celui ou celle qui me lira, et bien c’est encore mieux !Je ne peux, malheureusement, pas vous parler de mes précédents romans, puisque celui dont vous avez fait la lecture est mon tout premier. Je suis un "p’tit nouveau" dans le milieu littéraire.

Dans votre roman il est question d’une légende et d’une malédiction, est-ce qu’elle est complètement inventée ou existe-t-elle vraiment ?
Sans entrer dans les détails, la légende est, en partie, inventée, bien que certains éléments de celle-ci soient fondés. Inquiétant, je sais !

Il y a beaucoup de personnages dans votre histoire, pourquoi ce choix de toucher plusieurs générations et plusieurs familles ?
Avant d’être un thriller, mon roman suit avant tout l’existence de ces familles que tout sépare. Chaque personnage a son importance, plus ou moins élevée, dans le déroulement du récit. J’aurais aimé insérer un arbre généalogique dans le tome 1, sauf que ce n’était pas possible sans vendre plusieurs secrets de l’histoire. Heureusement, il devrait y en avoir un dans le tome 2 pour simplifier, légèrement, la vie de mes lecteurs. Bref, chaque génération a son impact sur les évènements du passé ou du présent et même de l’avenir, c’est ce qui explique mon choix quant au nombre de personnages. Un peu vague comme explication, je sais, mais c’est tout ce que je peux vous dire pour l’instant.

Est-ce que certains personnages de votre roman sont inspirés de personnes que vous côtoyez ou alors est-ce qu’ils sont tous entièrement inventés ? Et pourquoi ce choix ?
La majorité de mes personnages sont inventés de toute pièce, mais il y en a quatre ou cinq qui sont inspirés de gens que j’ai connus à un moment ou à un autre. Lesquels ? Ça, c’est mon secret !

Si vous aviez-pu avoir un rôle dans le livre quel protagoniste auriez-vous incarné et pourq
uoi ?
Très bonne question ! En se basant sur les traits physiques et émotionnels, il va de soi que j’aurais pu être Cedric, mais si je pouvais choisir, j’aurais, sans doute, incarné le rôle de Lewis, pas à cause de son côté psychopathe en mal de vengeance, mais surtout pour la complexité du personnage et les dessous de son histoire (que vous découvrirez dans le prochain tome). 

Vous êtes canadien et pourtant par rapport à d’autres auteurs que j’ai pu lire votre français est totalement compréhensible, est-ce un choix de votre part de ne pas avoir intégré de mots ou d’expressions québécoises ?
C’est une question intéressante, mais qui incite également à la prudence de ma part. Il faut, d’abord, comprendre que le Québec fait partie du Canada, ce n’est donc pas un pays, mais une province, pour l’instant, du moins. Le Canada compte dix provinces, la Péninsule acadienne fait partie de celle du Nouveau-Brunswick. Chacune de ces provinces a ses expressions, ses familiarités, son parler, bien à elle, d’où la beauté de notre diversité linguistique. Je suis donc un Acadien, mais aussi un Néo-Brunswickois, avec des racines diverses. Mes ancêtres ont beaucoup voyagés, disons ! Bref, pourquoi n’ai-je pas inséré de mots ou expressions québécoises ? Parce que je ne suis pas Québécois, voilà ! Quant à mon choix de français, j’ai opté pour la "neutralité", simplement parce que je me sentais plus confortable d’écrire ainsi et parce que j’espérais rendre mon roman accessible au plus grand nombre de gens possible. Toutefois, ceux qui ont un bon sens de l’observation, remarqueront sans doute quelques petites expressions de mon coin de pays !J’aime beaucoup cette question, mais c’est un peu compliqué à expliquer, j’espère que ce n’était pas trop vague, haha !

Les liens du sang est le premier tome, est-ce que vous avez une idée des prochains tomes ou pas du tout ? Si oui, pouvez-vous me révéler une petite information inédite sur le prochain tome ? Et quand pensez-vous qu’il sera publié ?
J’envisage, évidemment, plusieurs tomes. Peut-être pas nécessairement avec la même maison d’éditions, mais on verra ! Le tome 2 est presque terminé. J’ai, bien sûr, quelques idées pour les prochains tomes, mais je préfère ne pas trop «planifier» à l’avance ces aventures, j’aime vivre l’aventure au fur et à mesure que le récit progresse. C’est une méthode parmi tant d’autres, mais c’est la mienne ! Pour le prochain tome, une information inédite ; Karen sera de retour, comme le sous-entend la fin du premier volume, et nous découvrirons également les raisons qui l’ont poussé à abandonner sa famille. Aussi, trois des protagonistes adolescents se retrouveront impliqués dans une affaire de meurtre. Et pourquoi pas une troisième information ? Whitney Evelyn Baxter et la fille en rose pourraient bien s’avérer être plus liées que nous le croyons. Qu’est-ce que ça veut dire ? À vous de le découvrir !

Comment écrivez-vous ? Avez-vous un rituel, des petites manies, un endroit où l’inspiration vous vient plus facilement ?Je n’ai pas vraiment de rituel ou de petites manies, mais j’écris toujours à la main, d’abord et je retranscris le tout à l’ordinateur ensuite, jamais le contraire. J’aime le silence, particulièrement la nuit. Et, au grand dam de la plupart de mes enseignants, l’inspiration me vient très souvent en salle de classe. Je n’y peux rien !

Vous avez écrit un roman policier/ thriller mais selon vous, quel serait le meurtre parfait ?
HA ! Une question à laquelle je ne m’attendais pas ! Quel serait le meurtre parfait… Je ne saurais trop dire, puisque je n’ai jamais tué ni même violenté qui que ce soit (étrangement, je suis quelqu’un d’assez pacifiste), mais j’imagine qu’un meurtre parfait est commis par celui qui arrive à ne pas se faire coincer par les autorités. Lewis et Whitney Baxter, par exemple !

Merci de m’avoir accordé un peu de votre temps cher meurtrier, un dernier mot pour la fin ?
Merci à vous, j’aime beaucoup votre travail et votre plateforme sur le web. D’ailleurs, c’est sûrement l’entrevue la plus spéciale et la plus divertissante que j’ai donnée jusqu’à maintenant ! Bravo pour votre excellent travail et votre dévouement !Un mot pour la fin… Si vous avez des idées ou des certitudes par rapport à la suite des aventures de Fardy’s Land, détrompez-vous, le tome 1 ne fait qu’effleurer la surface. Plusieurs personnes m’ont dit « avoir deviné l’identité du meurtrier» et ça me fait toujours bien rire, puisque ladite personne n’est pas encore apparue dans l’histoire et son identité n’a pas encore été mentionnée. (Une autre information inédite pour les prochains tomes !) Ça peut sembler un peu difficile à comprendre, mais c’est comme ça à Fardy’s Land ; il ne faut jamais se fier aux apparences, car rien n’y est ce qu’il semble être ! 

Encore merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.
Merci infiniment à vous, rendez-vous pour le tome 2, espérons-le !


1 commentaire:

  1. Encore une très jolie interview. Ta chronique m'avait déjà plu, mais ce qu'en dit l'auteur m'a tout autant charmée. Je crois qu'il va vraiment falloir que je lise ce livre... ^^

    RépondreSupprimer

A vos claviers chers enquêteurs !

(je réponds à tous les commentaires sur votre blog)