jeudi 8 septembre 2016

Affaire n°227: "Ainsi fleurit le mal" de Julia Heaberlin.


Mes conclusions sur le meurtre:
La première partie m’a un peu déstabilisée.
Le début du roman est assez difficile et personnellement j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire.
Les idées sont intéressantes mais je pense que j’aurais aimé entrer directement dans le sujet.

Le fait qu’il y ait des retours en arrière donne une autre dimension à l’histoire. J’ai beaucoup apprécié le fait que Julia Heaberlin nous fasse partager le quotidien de cette femme qui a subi un traumatisme. Cela permet de la rendre plus humaine. En même temps on peut aussi découvrir ce que l’enfant de l’époque a vécu.

Ce qui m’a un peu manqué ce sont des dates précises, j’aurais vraiment voulu en avoir pour pouvoir connaître le laps de temps qui se passe entre chaque évènement.
Je pense que des scènes importantes de la vie de Tessa ont été oubliées. C’est un peu dommage puisque c’est aussi ces scènes qui peuvent être dures mais essentielles au roman. En effet l’auteure passe sous silence plusieurs étapes assez importantes mais difficiles de la vie de cette jeune femme pas comme les autres. Selon moi, cette première partie est un peu trop "soft pour les évènements qui se sont déroulés… Je m’attendais peut-être à un roman plus dur, plus réaliste. J’ai parfois eu l’impression que l’auteure atténuait les choses et essayait de les rendre plus légères…

Je pense sincèrement que l’auteure n’est pas arrivée à se mettre dans la peau de la victime. Elle aurait peut-être dû choisir un autre point de vue que celui d’une rescapée d’un tueur en série…
Il y a assez de suspense à la fin de cette partie pour que l’on ait envie de découvrir la suite. C’est donc une bonne chose même si finalement l’histoire me paraît trop légère pour un sujet aussi important et sensible que celui-là.

Pour ce qui est de la deuxième partie, les points de vue changent mais personnellement je ne suis pas arrivée à m’imprégner de l’atmosphère du roman.
Même si les points de vue sont internes et devraient donc faciliter le lecteur pour qu’il s’imagine les situations cela n’a pas été mon cas malheureusement.

Concernant les descriptions, certaines sont bien détaillées mais j’ai trouvé que la plupart étaient beaucoup trop sommaires. J’aurais vraiment voulu avoir plus de détails concernant les ressentis des différents protagonistes.
Julia Heaberlin évoque un sujet important dans son roman, celui de la peine de mort et savoir si finalement cette personne qui peut mourir du jour au lendemain est réellement coupable. J’aurais vraiment apprécié que l’auteure utilise un ton plus sérieux, plus dur peut-être. Ici le ton est léger et finalement que ce soit du côté du condamné à mort, de l’avocat ou de la victime le ton est le même… Sincèrement je ne pense pas que chacune de ces personnes verrait les choses de la même manière dans la vie réelle.

Ce que j’ai trouvé vraiment dommage c’est qu’à la fin du roman il y a encore trop de questions non résolues ou avec des réponses trop vagues…
En résumé, un roman qui a de très bonnes idées mais qui malheureusement ne m’a pas plu…



Vous faire un peu parler: Déjà si vous avez envie je vous propose un petit quiz que j'ai fait (ici) pour voir si vous avez bien lu le livre !
Avez-vous déjà lu des romans dans lesquels il y avait un condamné à mort ? Si oui n’hésitez pas à me donner des titres !
Connaissez-vous cette auteure et avez-vous déjà lu des romans qu’elle a écrits ?
Si vous avez lu ce livre qu’en avez-vous pensé et est-ce que le "ton" employé vous a gêné ou pas ?
Quel personnage vous a le plus touché et pourquoi ?
Qu’avez-vous pensé de la fin ? Est-ce que vous aimez ce genre de fin ou préférez-vous des fins avec des réponses à toutes les questions que vous vous êtes posées tout au long du roman ?

La parole est à vous, chers enquêteurs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vos claviers chers enquêteurs !

(je réponds à tous les commentaires sur votre blog)